INTERVIEW | LES 51% Interview avec France 24 suite au récital d'ouverture au Festival Présences Féminines 2019 à l'Opéra de Toulon VIDÉO

CRITIQUES

Georgina Benson

La performance lyrique de Caroline MacPhie était délicieusement séductrice. 

Oman Observer (Gala d'opérette, Mascate, 2018)

David Nice

Le vrai modernisme s’est révélé avec un avant-goût de « Les constellations – une théorie » de Josephine Stephenson, exprimé d’une façon enchanteresse par Gillian Keith et Caroline MacPhie, en union parfaite avec Cottis et l’orchestre – le point clou surpris. Toutes les oeuvres étaient interprétées dans leur langue originale – et celle de Stephenson dans un français excellent….

The Arts Desk (SWAP'ra gala, Opera Holland Park, 2018)

Céline Wadoux

Caroline MacPhie interprète une Glacha devenue dans cette mise en scène femme de ménage au lieu de servante. Sa diction s’articule efficacement, ses aigus sont tenus de bout en bout alors qu’elle s’active, chiffon et produit nettoyant en main.

Olyrix (Katia Kabanova, Opéra National de Lorraine, 2018)

Yannick Boussaert

La distribution réunie à Nancy frise la perfection à commencer par les petits rôles tenus avec panache, notamment Caroline MacPhie….

Forum Opera (Katia Kabanova, Opéra National de Lorraine, 2018)

Damien Dutilleul

Caroline MacPhie incarne une Barbara polissonne aux aigus très clairs….

Olyrix (Une nuit à Venise, Opéra de Lyon, 2017)

Sam Smith

…la Susanna de Caroline MacPhie révèle une voix de soprano claire dotée d’une excellente diction. La vivacité de sa performance met en lumière l’intelligence du caractère du personnage.

Music OMH (Les Noces de Figaro, West Green House, 2015)

Rupert Christiansen

Ce beau disque marque les débuts d’une jeune récitaliste de talent….MacPhie chante avec une troublante sensibilité et une implication émotionnelle notable…..Elle est une chanteuse dont on devrait entendre davantage parler.

Daily Telegraph (sortie de l'album 'Love said to me.....', 2014)

Ekkehard Pluta

Dans son premier album MacPhie apparaît comme une interprète intéressante dont on devrait entendre davantage parler à l’avenir. L’éloquente interprétation de la chanteuse est pleine d’imagination…

Klassik Heute (sortie de l'album 'Love said to me....', 2014)

Barbara Maxwell

… retenons particulièrement la performance de Pamina interprétée par MacPhie. Ses solos sont à couper le souffle et elle parvient à transmettre une multitude d’émotions nécessaires pour ce rôle.

Whats On Stage (La flûte enchantée, Tobacco Factory Bristol, 2013)

Gerry Parker

La fille de la Reine de la nuit….est interprété à merveille par Caroline MacPhie. Elle parvient à faire ressortir le subtil mélange d’émotions présent chez Pamina : d’un côté l’obéissance envers sa mère et de l’autre l’éveil des désirs d’une jeune femme intelligente. Il n’est pas étonnant que le discret Tamino de Nicholas Hurndall Smith tombe amoureux d’elle.

Bristol Post (La flûte enchantée, Tobacco Factory Bristol, 2013)

Richard Fairman

…Caroline MacPhie, Robert Enticknap et Damian Thantrey, tous les trois excellents…

Financial Times (SUM de Max Richter au LInbury Theatre, Royal Opera House de Londres, 2012)

Rupert Christiansen

Trois solistes investis et talentueux – Caroline MacPhie, Damien Thantrey et Rupert Enticknap – se déplacent autour de nous tels des prêtre, récitant et réfléchissant.

Daily Telegraph (SUM de Max Richter au Linbury Theatre, Royal Opera House de Londres, 2012)

Seen and Heard International

Caroline diffuse de la joie et de l’extase…

Seen and Heard International (Fauré 'La bonne chanson' au Cheltenham Festival, 2011)

The Times

Sur scène, Caroline MacPhie… fait un excellent travail… autant vocal que dramatique.

The Times (Carmen, Scottish Opera, 2010)

Opera Magazine

Caroline MacPhie interprète la musique difficile de Bérénice avec assurance et sincérité… dans son air elle enfile les notes pour en faire de belles lignes pleine d’émotions.

Opera Magazine (Berenice fa il ladro, Royal Academy Opera, 2009)

Rupert Christiansen

Mon coup de cœur est Caroline MacPhie originaire de Lancashire. Sa voix de soprano léger-lyrique présente un timbre propre et une intonation impeccable. Elle nous livre un programme entreprenant avec flair, style et beaucoup d’imagination musicale.

Daily Telegraph (Wigmore Hall, Finale du Concours Kathleen Ferrier, 2009)

Richard Morrison

Caroline MacPhie, la seule britannique, s’affiche avec plus de verve dramatique que les autres ; son extrait de la Petite renarde rusée, chanté en tchèque, est particulièrement captivant.

The Times (Wigmore Hall, Finale du Concours Kathleen Ferrier, 2009)

Jonathan Woolf

…Caroline MacPhie et David Jones….tous les deux excellents….

Music Web International (Album 'Silence of the Night', 2009)

OPÉRA

Céline Wadoux

Caroline MacPhie interprète une Glacha devenue dans cette mise en scène femme de ménage au lieu de servante. Sa diction s’articule efficacement, ses aigus sont tenus de bout en bout alors qu’elle s’active, chiffon et produit nettoyant en main.

Olyrix (Katia Kabanova, Opéra National de Lorraine, 2018)

Yannick Boussaert

La distribution réunie à Nancy frise la perfection à commencer par les petits rôles tenus avec panache, notamment Caroline MacPhie….

Forum Opera (Katia Kabanova, Opéra National de Lorraine, 2018)

Damien Dutilleul

Caroline MacPhie incarne une Barbara polissonne aux aigus très clairs….

Olyrix (Une nuit à Venise, Opéra de Lyon, 2017)

Sam Smith

…la Susanna de Caroline MacPhie révèle une voix de soprano claire dotée d’une excellente diction. La vivacité de sa performance met en lumière l’intelligence du caractère du personnage.

Music OMH (Les Noces de Figaro, West Green House, 2015)

Barbara Maxwell

… retenons particulièrement la performance de Pamina interprétée par MacPhie. Ses solos sont à couper le souffle et elle parvient à transmettre une multitude d’émotions nécessaires pour ce rôle.

Whats On Stage (La flûte enchantée, Tobacco Factory Bristol, 2013)

Gerry Parker

La fille de la Reine de la nuit….est interprété à merveille par Caroline MacPhie. Elle parvient à faire ressortir le subtil mélange d’émotions présent chez Pamina : d’un côté l’obéissance envers sa mère et de l’autre l’éveil des désirs d’une jeune femme intelligente. Il n’est pas étonnant que le discret Tamino de Nicholas Hurndall Smith tombe amoureux d’elle.

Bristol Post (La flûte enchantée, Tobacco Factory Bristol, 2013)

Richard Fairman

…Caroline MacPhie, Robert Enticknap et Damian Thantrey, tous les trois excellents…

Financial Times (SUM de Max Richter au LInbury Theatre, Royal Opera House de Londres, 2012)

Rupert Christiansen

Trois solistes investis et talentueux – Caroline MacPhie, Damien Thantrey et Rupert Enticknap – se déplacent autour de nous tels des prêtre, récitant et réfléchissant.

Daily Telegraph (SUM de Max Richter au Linbury Theatre, Royal Opera House de Londres, 2012)

The Times

Sur scène, Caroline MacPhie… fait un excellent travail… autant vocal que dramatique.

The Times (Carmen, Scottish Opera, 2010)

Opera Magazine

Caroline MacPhie interprète la musique difficile de Bérénice avec assurance et sincérité… dans son air elle enfile les notes pour en faire de belles lignes pleine d’émotions.

Opera Magazine (Berenice fa il ladro, Royal Academy Opera, 2009)

CONCERT & RÉCITAL

Georgina Benson

La performance lyrique de Caroline MacPhie était délicieusement séductrice. 

Oman Observer (Gala d'opérette, Mascate, 2018)

David Nice

Le vrai modernisme s’est révélé avec un avant-goût de « Les constellations – une théorie » de Josephine Stephenson, exprimé d’une façon enchanteresse par Gillian Keith et Caroline MacPhie, en union parfaite avec Cottis et l’orchestre – le point clou surpris. Toutes les oeuvres étaient interprétées dans leur langue originale – et celle de Stephenson dans un français excellent….

The Arts Desk (SWAP'ra gala, Opera Holland Park, 2018)

Seen and Heard International

Caroline diffuse de la joie et de l’extase…

Seen and Heard International (Fauré 'La bonne chanson' au Cheltenham Festival, 2011)

Rupert Christiansen

Mon coup de cœur est Caroline MacPhie originaire de Lancashire. Sa voix de soprano léger-lyrique présente un timbre propre et une intonation impeccable. Elle nous livre un programme entreprenant avec flair, style et beaucoup d’imagination musicale.

Daily Telegraph (Wigmore Hall, Finale du Concours Kathleen Ferrier, 2009)

Richard Morrison

Caroline MacPhie, la seule britannique, s’affiche avec plus de verve dramatique que les autres ; son extrait de la Petite renarde rusée, chanté en tchèque, est particulièrement captivant.

The Times (Wigmore Hall, Finale du Concours Kathleen Ferrier, 2009)

ENREGISTREMENTS

Rupert Christiansen

Ce beau disque marque les débuts d’une jeune récitaliste de talent….MacPhie chante avec une troublante sensibilité et une implication émotionnelle notable…..Elle est une chanteuse dont on devrait entendre davantage parler.

Daily Telegraph (sortie de l'album 'Love said to me.....', 2014)

Ekkehard Pluta

Dans son premier album MacPhie apparaît comme une interprète intéressante dont on devrait entendre davantage parler à l’avenir. L’éloquente interprétation de la chanteuse est pleine d’imagination…

Klassik Heute (sortie de l'album 'Love said to me....', 2014)

Jonathan Woolf

…Caroline MacPhie et David Jones….tous les deux excellents….

Music Web International (Album 'Silence of the Night', 2009)

ARTICLES DE PRESSE SUPPLEMENTAIRES

Interview avec Philippe Banel, Tutti Magazine

« Lorsque nous avons reçu à la rédaction le premier disque de la jeune soprano anglaise Caroline MacPhie - Love said to me… - nous sommes tombés sous le charme de cette voix de soprano qui donnait vie avec une grande finesse et une rare intelligence du texte à des mélodies parfois inconnues. »

Article avec Forum Opera

« Dans son « Hommage aux femmes (et à la ville de Lyon) », ce n’est pas le thème qui est novateur – il n’est pas difficile de trouver dans le répertoire de la mélodie française et du lied allemand de quoi célébrer les femmes – mais plutôt la forme que prend ce récital chorégraphié et scénographié. »